Observatoire de la Justice Pénale © 2020

Quel est notre objectif ?

L'Observatoire de la justice pénale est un think-tank citoyen. Nous cherchons à promouvoir le débat portant sur la justice pénale et sa place dans notre société.

Nous sommes résolument apartisans.

Il s'agit finalement de réfléchir, débattre, écrire et penser librement sur le thème de la justice répressive : de l'enquête policière au procès d'assises, en passant par l'exécution de la peine, l'univers carcéral et les réformes législatives en cours.

Qui compose l'Observatoire de la justice pénale ?

Nos contributeurs sont des citoyens et des citoyennes issus d'horizons professionnels pluriels et de toutes sensibilités politiques, mais aussi et surtout des professionnels du droit : praticiens et théoriciens.

Terrorisme, harcèlement de rue, indépendance du ministère public, travail en prison, réforme de la justice...

Aucun projet de loi, aucun débat d'opinion n'échappe à la plume vive et acerbe de nos contributeurs.

Conférences-débat, afterworks avec ceux qui font le droit pénal, projections de films...

Et d'autres projets sont à venir !

Conférence
"Les droits de la défense face à la médiatisation de la justice"

Le 21 mars 2018, en Sorbonne, l'Observatoire de la justice pénale, associé pour l'occasion à l'Association des droits de l'homme de la Sorbonne, a eu l'honneur et le plaisir de recevoir Christian Saint-Palais, Antoine Vey et Xavier Nogueras, avocats au barreau de Paris et anciens secrétaires de la Conférence, dans le cadre d'une conférence exceptionnelle sur la réalité des droits de la défense à l'heure où l'oeuvre de justice semble parfois dérisoire quand les condamnations s'établissent sur les réseaux sociaux, où le temps judiciaire parait souvent succomber au rythme des chaines d'info en continu.

 

« La bataille judiciaire est sortie des prétoires, elle se joue désormais dans l'arène médiatique : il s'agit souvent de gagner l'opinion à sa cause, plus que de convaincre le juge », écrivent avec justesse Valérie de Senneville et Isabelle Horlans dans Les Grands fauves du barreau (Calmann-Lévy, 2016).

 

La sur-médiatisation de certains procès doit-elle nous interpeller quant au risque d'une justice rendue par la foule, d'un retour à l'Etat de morale ? Est-elle au contraire une arme supplémentaire pour la défense lorsqu'elle s'exerce dans un contexte polémique ? Le droit pénal est-il compatible avec l'ère numérique ; la défense peut-elle parfois exiger de l'avocat qu'il monte au créneau sur Twitter ou sur les plateaux de télévision ? Autant de questions que nous avons soumises à nos contradicteurs qui s'en sont emparé pour dresser le portrait de l'avocat communicant.

Des précisions sur l'Observatoire ?

Proposer un article ?

Nous rejoindre ?

N'hésitez pas.

Avocats, élèves avocats, étudiants en droit, enseignants, militants associatifs, curieux...

Un seul leitmotiv : liberté de ton et esprit critique.