L'Observatoire de la Justice Pénale est un think tank citoyen ayant pour ambition de promouvoir le débat sur les questions pénales.

© 2020 Observatoire de la Justice Pénale - Mentions légales - Espace membres

  • OJP

Présidentielle 2017 : le programme justice de François Asselineau

Toute cette semaine nous vous proposons de décortiquer les programmes justice des 11 candidats à l'élection présidentielle de 2017. Aujourd'hui, Amaury Bousquet passe au crible le programme de François Asselineau.

Passées les sempiternelles et consensuelles propositions d'une justice plus indépendante (soumettre la nomination des magistrats du parquet à un avis conforme du CSM, assurer la transparence de l'affectation des magistrats au sein des juridictions) et dotée de plus de moyens humains et budgétaires (dont un budget justice qui serait distingué du budget de la pénitentiaire), le candidat propose l'augmentation du nombre de tribunaux d'instance et le renforcement du maillage judiciaire territorial alors que l'air du temps est plutôt à la réduction du nombre de juridictions. Il préconise également de simplifier le langage de la loi et des jugements pour plus d'intelligibilité et la limitation des juridictions spécialisées (lesquelles ?).

On rentre enfin dans le vif du sujet lorsque le candidat nous dit vouloir refondre l'échelle des peines par l'institution de sanctions claires. Merci, et au revoir comme dirait l'autre. C'est une idée qui aurait mérité d'être davantage détaillée. Révocation automatique du sursis simple en matière de récidive, suppression des réductions automatiques de peines : on se croierait ensuite embarqués dans un programme de droite dure, modèle loi Sécurité et Liberté de 81. Que nenni. François Asselineau propose également de mieux dissocier les catégories d'établissements pénitentiaires, d'expérimenter des détentions alternatives, de réaliser un audit complet du milieu carcéral (à quelle fin ?), d'engager une grande politique immobilière de mise aux normes de salubrité des prisons, d'améliorer l'accès aux soins et au sport en détention etc.

Au final, peu sinon aucune proposition sur le fond du droit pénal et de la procédure pénale, quelques ajustements du droit des peines qui imprègnent le projet justice du candidat d'une teinte bleu marine, beaucoup d'idées en revanche pour ce qui est de l'organisation de l'intitution judiciaire, de son rapport avec les autres pouvoirs, de ses moyens notoirement insuffisants, quelques idées aussi en matière carcérale avec peu d'inventivité mais un vrai sens du pragmatisme qui dénote avec l'idéologie du tout-carcéral et du carcéral-dur dont d'aucuns ont décidément du mal à se défaire.